Bienvenue sur Le-Bio-Guide

Annuaire Bio Gratuit France

Vous pouvez vous inscrire gratuitement sur Le-Bio-Guide.com pour présenter votre activité : magasins bio, services bio, produits bio

Inscription

Inscription gratuite sur cette page Inscription »

Recevoir la Newsletter

Connexion Membres

Mot de passe oublié?

Les Actualités

Enregistrements 6 à 10 sur 24

Munitions et Environnement ne font pas bon ménage 2009-09-18

Tandis que le papier et le carton constituent 40% de nos déchets, sans compter les produits chimiques et les matériels électroniques qui  nous accompagnent au quotidien, il existe une toute autre...

Tandis que le papier et le carton constituent 40% de nos déchets, sans compter les produits chimiques et les matériels électroniques qui  nous accompagnent au quotidien, il existe une toute autre catégorie de déchets bien plus polluante que les nôtres et dont on évoque que rarement le nom: les munitions militaires et de chasse...Pourtant, l'impact des métaux lourds sur l'environnement n'est plus à démontrer.

Les munitions polluent plus que nos déchets
Le plomb, étant le métal le plus employé pour la fabrication de projectiles, représente le plus grande cause de toxicité pour les animaux et l'environnement, qu'il s'agisse de munitions militaires ou de chasse. Mais lorsque les munitions sont abandonnées sur le terrain ou quand des tirs et des explosions ont lieu, d'autres toxiques sont également largement libérés (mercure, uranium appauvri, cuivre, zinc, nitrates...).

Les munitions militaires
La destruction de sites industriels et militaires entraîne sans aucun doute une pollution massive, qui, outre les désastres sanitaires (famine, malnutrition, maladies...), provoque la détérioration des ressources vitales sur le long terme, en libérant des métaux lourds et des agents toxiques dans l'air, le sol, et les réserves d'eau douce.

En dépit des protocoles en vigueur interdisant les "crimes environnementaux" (inefficaces?), il semble que les munitions écolo ne soient toujours pas à l'ordre du jour, même si les armées sont, parait-il, de plus en plus sensiblisées à cette problématique...

>>>Les munitions chimiques

Elles ont la particularité de contenir des toxiques très stables (tabun, sarin, ypérite, arsine, etc.) surtout dans le cas des munitions immergées. L'arsine, polluant majeur, a été très utilisée dans les obus chimiques.

Notez que la quasi-totalité des munitions immergées au XXème siècle se situaient dans les lacs de Thoune (4600 tonnes) et de Brienz (280 tonnes), dans l'Oberland bernois, dans ceux d'Uri (2800 tonnes) et de Gersau (530 tonnes). Actuellement, des milliers de tonnes de munitions dorment au fond des lacs suisses. Elles ne seront pas retirées, au risque de détériorer l'écosystème.

>>>Les munitions classiques

Le cuivre, le cadmium, le zinc, le plomb et l'antimoine, étaient des composants ordinaires des munitions classiques.


Les explosifs nitroaromatiques sont toxiques pour l'homme et l'environnement et laissent des résidus qui contaminent l'écosystème après leur détonation.



Les explosifs à l'acide picrique sont également très toxiques. L'oxydation des obus entraine la formation de picrates très instables rendant ces obus davantage nocif avec le temps.


Les douilles remplies de nitrates peuvent à haute dose entraîner l'euthrophisation des milieux.


Le perchlorate (composant pyrotechnique et carburant de fusées, roquettes ou missiles) a beaucoup pollué les sols de terrains militaires d'exercice et les nappes d'eau potable.


Les déchets militaires

270.000 tonnes de matériel militaire sont à démanteler, dépolluer et recycler, entre 2009 et 2015.




Les munitions de chasse
Chaque année, les chasseurs français tirent environ 250 millions de cartouches entraînant une importante pollution causée par les éléments métalliques et plastiques de l'enveloppe qui restent dans l'environnement, et surtout par les plombs.
Les cartouches à grenailles de plomb sont responsables d'intoxications et d'un nombre conséquent de cas de saturnisme aviaire notamment au Canada et aux Etats-Unis. Sans compter le nombre affligeant de cartouches vides que l'on peut trouver délaissées dans les bois!

Quelle solution? Les munitions alternatives? Pas sûr. Des munitions "vertes" ont été élaborées depuis la fin du XXème siècle. Toutefois, critiquées par les chasseurs, elles sont encore très peu vendues (moins de 0,1% du total en service), et elles contiennent encore des composants toxiques, même si en moindre quantité et/ou moins toxiques.
Lire également

Notre rubrique EnvironnementVoir les chiffres dans le Planetoscope
Article rédigé par Elwina, septembre 2009



Tandis que le papier et le carton constituent 40% de nos déchets, sans compter les produits chimiques et les matériels électroniques qui  nous accompagnent au quotidien, il existe une toute autre catégorie de déchets bien plus polluante que les nôtres et dont on évoque que rarement le nom: les munitions militaires et de chasse...Pourtant, l'impact des métaux lourds sur l'environnement n'est plus à démontrer.

Les munitions polluent plus que nos déchets
Le plomb, étant le métal le plus employé pour la fabrication de projectiles, représente le plus grande cause de toxicité pour les animaux et l'environnement, qu'il s'agisse de munitions militaires ou de chasse. Mais lorsque les munitions sont abandonnées sur le terrain ou quand des tirs et des explosions ont lieu, d'autres toxiques sont également largement libérés (mercure, uranium appauvri, cuivre, zinc, nitrates...).

Les munitions militaires
La destruction de sites industriels et militaires entraîne sans aucun doute une pollution massive, qui, outre les désastres sanitaires (famine, malnutrition, maladies...), provoque la détérioration des ressources vitales sur le long terme, en libérant des métaux lourds et des agents toxiques dans l'air, le sol, et les réserves d'eau douce.

En dépit des protocoles en vigueur interdisant les "crimes environnementaux" (inefficaces?), il semble que les munitions écolo ne soient toujours pas à l'ordre du jour, même si les armées sont, parait-il, de plus en plus sensiblisées à cette problématique...

>>>Les munitions chimiques

Elles ont la particularité de contenir des toxiques très stables (tabun, sarin, ypérite, arsine, etc.) surtout dans le cas des munitions immergées. L'arsine, polluant majeur, a été très utilisée dans les obus chimiques.

Notez que la quasi-totalité des munitions immergées au XXème siècle se situaient dans les lacs de Thoune (4600 tonnes) et de Brienz (280 tonnes), dans l'Oberland bernois, dans ceux d'Uri (2800 tonnes) et de Gersau (530 tonnes). Actuellement, des milliers de tonnes de munitions dorment au fond des lacs suisses. Elles ne seront pas retirées, au risque de détériorer l'écosystème.

>>>Les munitions classiques

Le cuivre, le cadmium, le zinc, le plomb et l'antimoine, étaient des composants ordinaires des munitions classiques.


Les explosifs nitroaromatiques sont toxiques pour l'homme et l'environnement et laissent des résidus qui contaminent l'écosystème après leur détonation.



Les explosifs à l'acide picrique sont également très toxiques. L'oxydation des obus entraine la formation de picrates très instables rendant ces obus davantage nocif avec le temps.


Les douilles remplies de nitrates peuvent à haute dose entraîner l'euthrophisation des milieux.


Le perchlorate (composant pyrotechnique et carburant de fusées, roquettes ou missiles) a beaucoup pollué les sols de terrains militaires d'exercice et les nappes d'eau potable.


Les déchets militaires

270.000 tonnes de matériel militaire sont à démanteler, dépolluer et recycler, entre 2009 et 2015.




Les munitions de chasse
Chaque année, les chasseurs français tirent environ 250 millions de cartouches entraînant une importante pollution causée par les éléments métalliques et plastiques de l'enveloppe qui restent dans l'environnement, et surtout par les plombs.
Les cartouches à grenailles de plomb sont responsables d'intoxications et d'un nombre conséquent de cas de saturnisme aviaire notamment au Canada et aux Etats-Unis. Sans compter le nombre affligeant de cartouches vides que l'on peut trouver délaissées dans les bois!

Quelle solution? Les munitions alternatives? Pas sûr. Des munitions "vertes" ont été élaborées depuis la fin du XXème siècle. Toutefois, critiquées par les chasseurs, elles sont encore très peu vendues (moins de 0,1% du total en service), et elles contiennent encore des composants toxiques, même si en moindre quantité et/ou moins toxiques.
Lire également

Notre rubrique EnvironnementVoir les chiffres dans le Planetoscope
Article rédigé par Elwina, septembre 2009

Zoom produit vert : Prise coupe veille TV: Eteignez, économisez! 2009-09-18

Ce n'est plus un secret, le mode veille de nos appareils électriques, comme la télévision, consomment de l'électricité et parfois même davantage que lorsque les appareils sont...


Ce n'est plus un secret, le mode veille de nos appareils électriques, comme la télévision, consomment de l'électricité et parfois même davantage que lorsque les appareils sont allumés...D'ailleurs, lorsque le mode de veille a été mis en place sur les téléviseurs, ces derniers pouvaient consommer presque autant en veille qu'allumés (de 10 à 30 W en veille et de 30 à 150 W allumé).Prise coupe veille contre gaspillageAujourd'hui, même si les téléviseurs sont sensés consommer beaucoup moins en mode veille qu'en marche, il est conseillé de les éteindre complètement lorsque l'on ne s'en sert pas, en raison d'une détérioration plus rapide de l'appareil et d'une éventuelle surtension du réseau en cas d'orage, par exemple...

Le saviez-vous?

La consommation "fantôme" des équipements en veille a augmenté de 30% en 10 ans,


7 milliards d’euros sont dépensés chaque année en Europe en énergie "fantôme".


Une prise coupe veille pour économiser!
Pour éviter ce gaspillage inutile, les bons réflexes à adopter ne manquent pas : acheter une télévision econergétique ayant le logo Energy Star*, prendre l'habitude de couper la veille de la télévision une fois que vous ne l'utilisez plus.....ou opter pour la prise coupe veille TV!

La prise coupe veille TV est pratique. La prise coupe veille vous permet d'éviter une surconsommation de votre téléviseur (lecteur dvd ou même votre chaine hi-fi...) sans même vous déplacer. Ainsi, grâce à une prise coupe veille, vous réalisez des économies chaque jour et contribuez à la préservation de la planète car n'oublions pas que l'électricité rejette du gaz carbonique!
La prise coupe veille, comment ça marche?
C'est très simple :

il suffit de brancher votre téléviseur sur la prise coupe veille, placer le capteur devant votre écran afin qu'il puisse capter le faisceau de votre télécommande,
lorsque vous éteignez votre téléviseur avec la télécommande, la prise coupe veille met la veille hors tension, sans effort de votre part!
pour allumer de nouveau votre téléviseur, il suffit d'appuyer deux fois sur le bouton Marche de la télécommande.

*Programme international sur l'efficacité énergétique lancé par l'EPA (Agence américaine pour la Protection de l'Environnement).


Prise coupe veille TV


Pratique et économique, cette prise coupe veille vous rendra service tout en préservant la durée de vie de votre télévision et en évitant tout risque d'incendie lié à une surcharge!La prise coupe veille coûte environ 25 €
Prise coupe veille - Lire également

Notre dossier Economies d'énergie
Tous les produits Economies d'énergie de la boutique





Ce n'est plus un secret, le mode veille de nos appareils électriques, comme la télévision, consomment de l'électricité et parfois même davantage que lorsque les appareils sont allumés...D'ailleurs, lorsque le mode de veille a été mis en place sur les téléviseurs, ces derniers pouvaient consommer presque autant en veille qu'allumés (de 10 à 30 W en veille et de 30 à 150 W allumé).Prise coupe veille contre gaspillageAujourd'hui, même si les téléviseurs sont sensés consommer beaucoup moins en mode veille qu'en marche, il est conseillé de les éteindre complètement lorsque l'on ne s'en sert pas, en raison d'une détérioration plus rapide de l'appareil et d'une éventuelle surtension du réseau en cas d'orage, par exemple...

Le saviez-vous?

La consommation "fantôme" des équipements en veille a augmenté de 30% en 10 ans,


7 milliards d’euros sont dépensés chaque année en Europe en énergie "fantôme".


Une prise coupe veille pour économiser!
Pour éviter ce gaspillage inutile, les bons réflexes à adopter ne manquent pas : acheter une télévision econergétique ayant le logo Energy Star*, prendre l'habitude de couper la veille de la télévision une fois que vous ne l'utilisez plus.....ou opter pour la prise coupe veille TV!

La prise coupe veille TV est pratique. La prise coupe veille vous permet d'éviter une surconsommation de votre téléviseur (lecteur dvd ou même votre chaine hi-fi...) sans même vous déplacer. Ainsi, grâce à une prise coupe veille, vous réalisez des économies chaque jour et contribuez à la préservation de la planète car n'oublions pas que l'électricité rejette du gaz carbonique!
La prise coupe veille, comment ça marche?
C'est très simple :

il suffit de brancher votre téléviseur sur la prise coupe veille, placer le capteur devant votre écran afin qu'il puisse capter le faisceau de votre télécommande,
lorsque vous éteignez votre téléviseur avec la télécommande, la prise coupe veille met la veille hors tension, sans effort de votre part!
pour allumer de nouveau votre téléviseur, il suffit d'appuyer deux fois sur le bouton Marche de la télécommande.

*Programme international sur l'efficacité énergétique lancé par l'EPA (Agence américaine pour la Protection de l'Environnement).


Prise coupe veille TV


Pratique et économique, cette prise coupe veille vous rendra service tout en préservant la durée de vie de votre télévision et en évitant tout risque d'incendie lié à une surcharge!La prise coupe veille coûte environ 25 €
Prise coupe veille - Lire également

Notre dossier Economies d'énergie
Tous les produits Economies d'énergie de la boutique

Bon plan : Ascenseur ou escalier, que préfère l'environnement ? 2009-09-18

Dans la série des bonnes résolutions pour moins polluer, une idée bizarre m'est venue au pied d'une tour. Pour la sauverarde de l'environnement, vaut-il mieux que je monte à pied ou que j'emprunte...

Dans la série des bonnes résolutions pour moins polluer, une idée bizarre m'est venue au pied d'une tour. Pour la sauverarde de l'environnement, vaut-il mieux que je monte à pied ou que j'emprunte l'ascenseur ?

Escalier vs ascenseur, question futile ?
Je me dis qu'appeler l'ascenseur pour me monter là-haut consomme forcément de l'énergie et j'emprunte l'escalier. Vu ma fatigue, arrivé au 12ème, je décide d'écarter de ma réflexion l'énergie consommée et l'impact des aliments qui l'ont fournie.

Je décide de faire une petite recherche. Voici quelques éléments de réflexion sur l'impact de l'ascenseur.

Tout d'abord, évidemment, si vous prenez l'ascenseur dans une tour de bureaux ultra fréquentée, que vous montiez à pied ou pas ne changera rien, car l'ascenseur montra sans vous.


 Ce n'est que lorsqu'un ascenseur est peu fréquenté que la question se pose : si vous prenez l'escalier, alors vous économisez de l'énergie.

Ok, mais combien ? Ne suis-je pas en train de couper des queues de cerise en 4 ?

Selon le fabricant d'ascenseur Kone, un ascenseur hydraulique standard dans un bâtiment de 3 étages consomme 3800 kWh/an, soit autant qu'une maison américaine moyenne en 4 mois. Un ascenseur à traction dans un bâtiment de 10 étages peut consommer environ 5,5 fois plus d'énergie. Dans une tour de 30 étages, c'est environ 11,5 fois plus.


L'ascenseur, pas plus de 1% de votre consommation d'énergie

Une recherche rapide me montre qu'un Anglais, aussi farfelu que moi, s'est posé la question. Il a collecté des chiffres qu'il faudra évidemment majorer plus votre immeuble est haut : 
* Pour le bien du calcul, on peut penser qu'on emprunte l'ascenseur 4 fois par jour ; une fois en arrivant au boulot, 2 fois le midi pour sortir puis pour revenir, puis le soir pour partir.

Un ascenseur produit en moyenne de 0,3 à 0,6 kg de C02 par personne (bon enfin, ce sont les références citées qui le disent ( Do The Green Thing, the Fat Knowledge blog, the Jetyho blog et Triple Pundit si ça vous dit).
 
* Si vous bossez 200 jours par an, vos petites élévations quotidiennes mécanisées émettent de 60 à 120 kg de C02, disons 90 kg pour faire simple. Comme un citoyen français émet environ 10 tonnes de C02 par an, cette émission de C02 par ascenseur ne compte même pas pour 1% de votre bilan C02. Certains experts (David Mackay) pense que sous 1%, l'effort ne vaut pas la peine.
Tout bien considéré, vous me direz que se poser ce genre de question est un peu tordu et que je ferais mieux de m'acheter une voiture électrique.

Et puis de toutes façons, prendre l'escalier est bien meilleur pour la santé. ...

Reste que, en terme d'urbanisme, les grandes compagnies d'ascenseur (Otis et Kone) améliorent leur technologie (hydraulique, contre-poids, électrique, électronique, ...) pour consommer moins.

Se poser la question des ascenseurs est valable pour ceux qui construisent de nouveaux immeubles et encore une fois, ce n'est pas l'habitat urbain  qui est plus polluant que l'habitat rural ou rurbain dispersé....Bon, je redescends à pied et je prends mon vélo :)
Ascenseurs - le saviez vous ?
* Le nouveau produit phare d'Otis, respectueux de l'environnement, est le système d'ascenseur GeN2, ainsi que d'autres systèmes sans engrenage, produit en Chine, dans une usine "moins polluante". équipés de moteurs à aimants permanents peu gourmands en énergie.

Composé d'une technologie brevetée de courroie plate en acier gainé et d'un moteur sans engrenage, l'ascenseur GeN2 ne nécessite pas de lubrification, ce qui rend le système plus respectueux de l'environnement. De plus, il ne consomme que la moitié de l'énergie nécessaire pour actionner les moteurs à induction traditionnels.

* Dans le magazine US Slate, la journaliste américaine Nina Shen Rastogi a essayé en avril 2009 de comparer la consommation d'énergie de l'utilisation de l'ascenseur et de l'escalier, sans y parvenir.

En revanche, elle note que "les experts de ThyssenKrupp qui ont étudié un immeuble de bureaux de 16 étages dans l'Ohio ont découvert qu'environ 1/3 de la consommation quotidienne d'énergie de l'ascenseur a lieu pendant les heures non travaillées. Autre problème : le fait de garder les ascenseurs toujours éclairés. Les ampoules peuvent être à l'origine d'une consommation supplémentaire de 1750 kwh par an par cabine. Sans parler de l'air conditionné"
Lire également

Notre dossier Economies d'énergie
Tous les produits Economies d'énergie de la boutique




Dans la série des bonnes résolutions pour moins polluer, une idée bizarre m'est venue au pied d'une tour. Pour la sauverarde de l'environnement, vaut-il mieux que je monte à pied ou que j'emprunte l'ascenseur ?

Escalier vs ascenseur, question futile ?
Je me dis qu'appeler l'ascenseur pour me monter là-haut consomme forcément de l'énergie et j'emprunte l'escalier. Vu ma fatigue, arrivé au 12ème, je décide d'écarter de ma réflexion l'énergie consommée et l'impact des aliments qui l'ont fournie.

Je décide de faire une petite recherche. Voici quelques éléments de réflexion sur l'impact de l'ascenseur.

Tout d'abord, évidemment, si vous prenez l'ascenseur dans une tour de bureaux ultra fréquentée, que vous montiez à pied ou pas ne changera rien, car l'ascenseur montra sans vous.


 Ce n'est que lorsqu'un ascenseur est peu fréquenté que la question se pose : si vous prenez l'escalier, alors vous économisez de l'énergie.

Ok, mais combien ? Ne suis-je pas en train de couper des queues de cerise en 4 ?

Selon le fabricant d'ascenseur Kone, un ascenseur hydraulique standard dans un bâtiment de 3 étages consomme 3800 kWh/an, soit autant qu'une maison américaine moyenne en 4 mois. Un ascenseur à traction dans un bâtiment de 10 étages peut consommer environ 5,5 fois plus d'énergie. Dans une tour de 30 étages, c'est environ 11,5 fois plus.


L'ascenseur, pas plus de 1% de votre consommation d'énergie

Une recherche rapide me montre qu'un Anglais, aussi farfelu que moi, s'est posé la question. Il a collecté des chiffres qu'il faudra évidemment majorer plus votre immeuble est haut : 
* Pour le bien du calcul, on peut penser qu'on emprunte l'ascenseur 4 fois par jour ; une fois en arrivant au boulot, 2 fois le midi pour sortir puis pour revenir, puis le soir pour partir.

Un ascenseur produit en moyenne de 0,3 à 0,6 kg de C02 par personne (bon enfin, ce sont les références citées qui le disent ( Do The Green Thing, the Fat Knowledge blog, the Jetyho blog et Triple Pundit si ça vous dit).
 
* Si vous bossez 200 jours par an, vos petites élévations quotidiennes mécanisées émettent de 60 à 120 kg de C02, disons 90 kg pour faire simple. Comme un citoyen français émet environ 10 tonnes de C02 par an, cette émission de C02 par ascenseur ne compte même pas pour 1% de votre bilan C02. Certains experts (David Mackay) pense que sous 1%, l'effort ne vaut pas la peine.
Tout bien considéré, vous me direz que se poser ce genre de question est un peu tordu et que je ferais mieux de m'acheter une voiture électrique.

Et puis de toutes façons, prendre l'escalier est bien meilleur pour la santé. ...

Reste que, en terme d'urbanisme, les grandes compagnies d'ascenseur (Otis et Kone) améliorent leur technologie (hydraulique, contre-poids, électrique, électronique, ...) pour consommer moins.

Se poser la question des ascenseurs est valable pour ceux qui construisent de nouveaux immeubles et encore une fois, ce n'est pas l'habitat urbain  qui est plus polluant que l'habitat rural ou rurbain dispersé....Bon, je redescends à pied et je prends mon vélo :)
Ascenseurs - le saviez vous ?
* Le nouveau produit phare d'Otis, respectueux de l'environnement, est le système d'ascenseur GeN2, ainsi que d'autres systèmes sans engrenage, produit en Chine, dans une usine "moins polluante". équipés de moteurs à aimants permanents peu gourmands en énergie.

Composé d'une technologie brevetée de courroie plate en acier gainé et d'un moteur sans engrenage, l'ascenseur GeN2 ne nécessite pas de lubrification, ce qui rend le système plus respectueux de l'environnement. De plus, il ne consomme que la moitié de l'énergie nécessaire pour actionner les moteurs à induction traditionnels.

* Dans le magazine US Slate, la journaliste américaine Nina Shen Rastogi a essayé en avril 2009 de comparer la consommation d'énergie de l'utilisation de l'ascenseur et de l'escalier, sans y parvenir.

En revanche, elle note que "les experts de ThyssenKrupp qui ont étudié un immeuble de bureaux de 16 étages dans l'Ohio ont découvert qu'environ 1/3 de la consommation quotidienne d'énergie de l'ascenseur a lieu pendant les heures non travaillées. Autre problème : le fait de garder les ascenseurs toujours éclairés. Les ampoules peuvent être à l'origine d'une consommation supplémentaire de 1750 kwh par an par cabine. Sans parler de l'air conditionné"
Lire également

Notre dossier Economies d'énergie
Tous les produits Economies d'énergie de la boutique

Le patrimoine agricole perd son identité 2009-09-18

Une récente étude réalisée par l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) révèle que 25% du patrimoine génétique agricole ont disparu au cours du XXe siècle....

Une récente étude réalisée par l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) révèle que 25% du patrimoine génétique agricole ont disparu au cours du XXe siècle. Pourquoi? Y a t-il une issue à cette problématique?

La mondialisation incriminée
Selon le dictionnaire des mondialisations, l’agriculture, au sens large, regroupe des cultures, des élevages, des marchés et des techniques particulières qui ont "la terre pour support". Sachant que l'agriculture est l'activité économique la plus ancienne de l'histoire, avouons que voir un tel patrimoine nous filer entre les doigts est regrettable.
A qui la faute? La FAO pointe du doigt les diktats alimentaires imposés par les pays occidentaux, dont l'alimentation est surtout basée sur le blé, le riz, le maïs et le soja. En d'autres termes, c'est la mondialisation qui serait la cause de ce triste constat : la disparition de bon nombre d'aliments autochtones et d'une standardisation des habitudes alimentaires.Toutefois, notons que l'agriculture est aussi le premier secteur a avoir connu la mondialisation!
L'experte de la FAO Barbara Burlingame ajoute que "l'abandon des aliments traditionnels au profit de mets commerciaux tout préparés s'accompagne souvent d'une augmentation des désordres alimentaires tels que l'obésité, le diabète et l'hypertension".
Et l'agriculture bio dans tout ça?
L'agriculture biologique a pour perspective principale la sauvegarde de l'environnement, en réponse à l'actuelle industrialisation de masse de l'agriculture. Mais peut-elle résister à la pression de l'industrialisation? En effet, les produits bio ont acquis une image valorisante en termes de respect de la planète et des Hommes, mais beaucoup subissent de plus en plus de traitements pour favoriser le "tout prêt", ou sont expédiés partout à travers le globe causant des dommages à l'environnement, et en y perdant parfois leurs qualités sociales, nutritionnelles voire même écologiques. 


Actuellement, outre ses rendements encore trop aléatoires, l'agriculture verte présente donc certaines limites. A quand une politique volontariste sur le long terme?Cependant, l'agriculture intensive n'est pas non plus la solution idéale pour nourrir les 9 milliards de personnes qui peupleront la terre en 2050, ses conséquences étant nombreuses : pollution et dégradation des eaux et des sols, participation au réchauffement climatique, toujours plus de coûts, santé des agriculteurs en péril à cause des pesticides, qualité nutritionnelle douteuse...
Quel est l'avenir de l'agriculture? On ne sait pas, mais dans tous les cas, la FAO insiste sur l'importance de la sauvegarde du potentiel et de la diversité de la nature pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le saviez-vous?

30,5 millions d'hectares sont consacrés à l'agriculture bio, c'est à dire 0,7% de la surface agricole mondiale.
L'agriculture bio permet de réduire de 50 à 60% les émissions de CO2.


Lire également

Notre dossier Manger mieux
Notre rubrique Alimentation bio


Tous les produits Alimentation de la boutique
Article rédigé par Elwina, septembre 2009



Une récente étude réalisée par l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) révèle que 25% du patrimoine génétique agricole ont disparu au cours du XXe siècle. Pourquoi? Y a t-il une issue à cette problématique?

La mondialisation incriminée
Selon le dictionnaire des mondialisations, l’agriculture, au sens large, regroupe des cultures, des élevages, des marchés et des techniques particulières qui ont "la terre pour support". Sachant que l'agriculture est l'activité économique la plus ancienne de l'histoire, avouons que voir un tel patrimoine nous filer entre les doigts est regrettable.
A qui la faute? La FAO pointe du doigt les diktats alimentaires imposés par les pays occidentaux, dont l'alimentation est surtout basée sur le blé, le riz, le maïs et le soja. En d'autres termes, c'est la mondialisation qui serait la cause de ce triste constat : la disparition de bon nombre d'aliments autochtones et d'une standardisation des habitudes alimentaires.Toutefois, notons que l'agriculture est aussi le premier secteur a avoir connu la mondialisation!
L'experte de la FAO Barbara Burlingame ajoute que "l'abandon des aliments traditionnels au profit de mets commerciaux tout préparés s'accompagne souvent d'une augmentation des désordres alimentaires tels que l'obésité, le diabète et l'hypertension".
Et l'agriculture bio dans tout ça?
L'agriculture biologique a pour perspective principale la sauvegarde de l'environnement, en réponse à l'actuelle industrialisation de masse de l'agriculture. Mais peut-elle résister à la pression de l'industrialisation? En effet, les produits bio ont acquis une image valorisante en termes de respect de la planète et des Hommes, mais beaucoup subissent de plus en plus de traitements pour favoriser le "tout prêt", ou sont expédiés partout à travers le globe causant des dommages à l'environnement, et en y perdant parfois leurs qualités sociales, nutritionnelles voire même écologiques. 


Actuellement, outre ses rendements encore trop aléatoires, l'agriculture verte présente donc certaines limites. A quand une politique volontariste sur le long terme?Cependant, l'agriculture intensive n'est pas non plus la solution idéale pour nourrir les 9 milliards de personnes qui peupleront la terre en 2050, ses conséquences étant nombreuses : pollution et dégradation des eaux et des sols, participation au réchauffement climatique, toujours plus de coûts, santé des agriculteurs en péril à cause des pesticides, qualité nutritionnelle douteuse...
Quel est l'avenir de l'agriculture? On ne sait pas, mais dans tous les cas, la FAO insiste sur l'importance de la sauvegarde du potentiel et de la diversité de la nature pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le saviez-vous?

30,5 millions d'hectares sont consacrés à l'agriculture bio, c'est à dire 0,7% de la surface agricole mondiale.
L'agriculture bio permet de réduire de 50 à 60% les émissions de CO2.


Lire également

Notre dossier Manger mieux
Notre rubrique Alimentation bio


Tous les produits Alimentation de la boutique
Article rédigé par Elwina, septembre 2009

Le palmier dattier, la plante multifacettes 2009-09-18

Le palmier dattier, depuis toujours synonyme de prospérité, est considéré comme l'une des plus anciennes espèces fruitières du Maroc. Outre les dattes que nous connaissons et qui possèdent bien...

Le palmier dattier, depuis toujours synonyme de prospérité, est considéré comme l'une des plus anciennes espèces fruitières du Maroc. Outre les dattes que nous connaissons et qui possèdent bien des vertus, cette plante des oasis sahariennes renferment d'autres richesses bonnes à connaître...
Le palmier dattier et ses multiples facettes
Le palmier dattier,  typiquement cultivé dans les oasis sahariennes, n'est pas un arbre mais un monocotylédone pérenne de l'ordre des palmales.

La culture du palmier dattier représente une des spéculations agricoles au niveau des zones sahariennes et présahariennes les plus importantes et occupait, il y a plus d'un siècle, une superficie de plus de 15 millions de pieds plaçant le Maroc au 3ème rang mondial en matière de production de dattes.
Le palmier dattier, allié de l'environnement
Le palmier dattier est "la structure de base de l'agronomie des oasis marocaines par la création d'un microclimat" essentiel au bon développement des cultures sous-jacentes. Par ailleurs, outre leur pouvoir de désalinisation des sols, les palmier dattiers sont peu exigeants en ressources hydriques et en terre fertile, et ils savent s’adapter aux aléas climatiques et environnementaux.

Dans l'Antiquité,  les troncs étaient utilisés dans la construction des maisons, des bateaux et des canalisations après évidage, les restes des régimes nourrissaient le bétail, et la partie superficielle du tronc servait à la fabrication de cordages, de paniers et de nattes. De plus, les habitants du Sahara utilisaient la fibre du palmier dattier pour en faire du tissu.
La datte, entre fruit santé et biocarburant
Riche en eau (70%), la datte est un fruit du désert à la chair généreuse, bien fourni en vitamines B, magnésium, fer, fibres et potassium, permettant un apport énergétique non négligeable tout en luttant contre l'anémie et la constipation. Cultivée depuis pas moins de 4000 ans au Moyen Orient, la datte s'avère aussi être un très bon combustible...

En effet, l'Algérien Brahim Zitouni, à la tête de la société Oasis Ltd située à Dubaï, avait envisagé il y a peu de mettre en service début 2011 en Algérie la première unité au monde de production de nakhoil (coût du projet : 22 millions d'euros), un bioéthanol à base...de dattes. Non polluant, il devait permettre entre autres de lutter contre la désertification grâce à l'extension de la culture du palmier-dattier sur les terres semi-arides. Mais le ministère de l'Energie se serait rétracté sans aucune explication.

Dommage, à titre expérimental, des voitures avaient même étaient mises en service, roulant avec un mélange formé à 85% de ce nouveau biocarburant et de 15% d'essence, sans besoin de modifications portées sur le moteur...

Le saviez-vous?

L'Algérie récolte 300 000 tonnes de dattes par an,


La France est le plus gros importateur et consommateur de dattes en Europe,


Les dattes augmenteraient le volume de lait maternel à la naissance!


Les musulmans ont pour tradition de rompre leur jeûne avec de l’eau et des dattes.


Que ce soit au Proche-Orient, au Moyen-Orient mais aussi en Afrique du Nord, la datte continue de jouer un rôle non négligeable : elle est produite dans 34 pays, dont’Égypte, l’Iran et l’Arabie saoudite.
Lire également

Notre dossier Manger mieux
Notre rubrique Energies renouvelables


Tous les produits Alimentation de la boutique
Article rédigé par Elwina, septembre 2009



Le palmier dattier, depuis toujours synonyme de prospérité, est considéré comme l'une des plus anciennes espèces fruitières du Maroc. Outre les dattes que nous connaissons et qui possèdent bien des vertus, cette plante des oasis sahariennes renferment d'autres richesses bonnes à connaître...
Le palmier dattier et ses multiples facettes
Le palmier dattier,  typiquement cultivé dans les oasis sahariennes, n'est pas un arbre mais un monocotylédone pérenne de l'ordre des palmales.

La culture du palmier dattier représente une des spéculations agricoles au niveau des zones sahariennes et présahariennes les plus importantes et occupait, il y a plus d'un siècle, une superficie de plus de 15 millions de pieds plaçant le Maroc au 3ème rang mondial en matière de production de dattes.
Le palmier dattier, allié de l'environnement
Le palmier dattier est "la structure de base de l'agronomie des oasis marocaines par la création d'un microclimat" essentiel au bon développement des cultures sous-jacentes. Par ailleurs, outre leur pouvoir de désalinisation des sols, les palmier dattiers sont peu exigeants en ressources hydriques et en terre fertile, et ils savent s’adapter aux aléas climatiques et environnementaux.

Dans l'Antiquité,  les troncs étaient utilisés dans la construction des maisons, des bateaux et des canalisations après évidage, les restes des régimes nourrissaient le bétail, et la partie superficielle du tronc servait à la fabrication de cordages, de paniers et de nattes. De plus, les habitants du Sahara utilisaient la fibre du palmier dattier pour en faire du tissu.
La datte, entre fruit santé et biocarburant
Riche en eau (70%), la datte est un fruit du désert à la chair généreuse, bien fourni en vitamines B, magnésium, fer, fibres et potassium, permettant un apport énergétique non négligeable tout en luttant contre l'anémie et la constipation. Cultivée depuis pas moins de 4000 ans au Moyen Orient, la datte s'avère aussi être un très bon combustible...

En effet, l'Algérien Brahim Zitouni, à la tête de la société Oasis Ltd située à Dubaï, avait envisagé il y a peu de mettre en service début 2011 en Algérie la première unité au monde de production de nakhoil (coût du projet : 22 millions d'euros), un bioéthanol à base...de dattes. Non polluant, il devait permettre entre autres de lutter contre la désertification grâce à l'extension de la culture du palmier-dattier sur les terres semi-arides. Mais le ministère de l'Energie se serait rétracté sans aucune explication.

Dommage, à titre expérimental, des voitures avaient même étaient mises en service, roulant avec un mélange formé à 85% de ce nouveau biocarburant et de 15% d'essence, sans besoin de modifications portées sur le moteur...

Le saviez-vous?

L'Algérie récolte 300 000 tonnes de dattes par an,


La France est le plus gros importateur et consommateur de dattes en Europe,


Les dattes augmenteraient le volume de lait maternel à la naissance!


Les musulmans ont pour tradition de rompre leur jeûne avec de l’eau et des dattes.


Que ce soit au Proche-Orient, au Moyen-Orient mais aussi en Afrique du Nord, la datte continue de jouer un rôle non négligeable : elle est produite dans 34 pays, dont’Égypte, l’Iran et l’Arabie saoudite.
Lire également

Notre dossier Manger mieux
Notre rubrique Energies renouvelables


Tous les produits Alimentation de la boutique
Article rédigé par Elwina, septembre 2009

Enregistrements 6 à 10 sur 24


Premier Précédent
1 2 3 4 5
Suivant Dernier
map

A découvrir

Laboratoire Naturavignon
Laboratoire Naturavignon : AVIGNON 84000

Mettre en avant un inscrit

Partenaire, notre imprimeur. Retrouvez votre imprimerie en ligne L'imprimerieGenerale, Impression de flyer, carte de visite, affiche, brochure, prospectus A4, A5, A6. Impression en haute définition avec une livraison express en France. Découvrez ce site :www.limprimeriegenerale.com et le guide sur l'imprimerie.

Sur Les Grandes Imprimeries devis d'imprimeur de cartes de visite pro : Imprimerie écologique en ligne Les Grandes Imprimeries.com vous propose l'impression professionnelle et en haute qualité de vos carte de visite écologique en papier recylé. Retrouvez plus de 150 000 produits d'impression à personnaliser en ligne. Livraison 24h sur toute la France.

La solution pour vos travaux d'isolation de combles à moins 1 euro

Agriculture Biocommerce équitable